Pays catalan, un musée à ciel ouvert

Des hautes terres ensoleillées des Pyrénées orientales jusqu’aux étroites vallées de Cerdagne, le pays catalan se découvre entre villages de pierres, églises romanes et vestiges du Moyen Age

Sur le versant français de la chaîne frontière, le pays catalan occupe la quasi-totalité du département des Pyrénées-Orientales. Ce territoire a connu une histoire mouvementée de la conquête romaine jusqu’en 1659, date à laquelle il fut définitivement cédé à la France par le roi d’Espagne Philippe IV.

Point de départ de notre itinéraire, Perpignan s’admire depuis le promontoire du Palais des rois de Majorque et ses fortifications du XIIIe siècle en brique rouge. C’est toute la vieille ville du Castillet à la place de la Loge, de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste à la Casa Xanxo, qui s’offre au regard. Puis direction Millas, où un circuit balisé déroule tout le passé de cette petite ville avec sa tour de guet de style roman en galets de rivière, son église gothique et ses cinquante-huit portraits sculptés.

Sous le regard du mont Canigou

A Ille-sur-Têt, on découvre un véritable joyau minéral, les orgues. Au milieu des chênes verts et de la garrigue, des colonnes de roche de 12 mètres de haut, aux crêtes dentelées sculptées par le vent et l’eau s’élèvent majestueusement avec , à l’horizon, le massif et le pic enneigé du Canigou. Quelques kilomètres plus loin, au milieu des vergers, le village de Bouleternère domine la plaine du Roussillon. Le labyrinthe de ruelles mène jusqu’au donjon rectangulaire. Ouvrez l’œil sur les détails qui parent les bâtisses: blasons, statues…

Après un détour par la cité médiévale de Vinça et l’église Saint-Julien, ornée de retables sculptés et dorés, et d’un orgue de style Louis XV, retrouvez la route jusqu’à Eus, village médiéval perché sur la colline face au Canigou. Coup de cœur pour ce bourg piétonnier, fief d’artistes où une vingtaine d’ateliers vous ouvrent leurs portes.

Un chapelet de forteresses perchées

En suivant le canal de Bohère, on découvre l’abbaye de Saint-Michel-de-Cuxa, vestige de l’art roman avec son clocher du XIe siècle et son cloître en pleine verdure. Nous sommes dans le parc naturel des Pyrénées catalanes. Au fond de la vallée encaissée de la Têt, la citadelle de Villefranche-de-Conflent et son enceinte fortifiée remanié par Vauban, en impose.

Après avoir arpenté son chemin de ronde, laissez-vous tenter par une autre balade panoramique, au fort Liberia, par le souterrain dite « des milles marches », ou encore du côté de la plaine de Cerdagne, jusqu’au  château féodal d’Evol, village aux toits de lauze, pour continuer plus au sud jusqu’à Mont-Louis. De là, les chemins mènent aux gorges de la Carança, corniche taillée dans la roche avec ses ponts de singe, ou vers la réserve naturelle de Nyer ou celle de la vallée d’Eyne surnommée  » la vallée des fleurs » pour sa richesse botanique.

Il ne vous restera plus qu’à enjamber le pont de la rivière pour rejoindre, de l’autre côté de la frontière, Puigcerdà la pétillante, aux façades colorées. Marché, bodegas animées…Aucun doute , vous êtes passé à l’heure espagnole !

 

Galerie de Pays catalan, un musée à ciel ouvert

Tags: Canigou